3 façons d’étendre votre réseau local Ethernet

Le câble CATx prend en charge jusqu’à 100 mètres de distance pour Ethernet. Cela ne pose pas de problème pour connecter les postes de travail d’un bâtiment. Mais que faire quand vous avez besoin d’étendre la portée de votre réseau local au-delà de 100 mètres pour relier un service éloigné, un autre bâtiment du campus ou de l’autre côté de la ville, des bornes wifi, des caméras de sécurité IP ou même des stations de surveillance en environnement industriel.

C’est là que l’extension Ethernet entre en jeu. En fonction de votre environnement et de votre application, il y a trois façons d’étendre votre réseau local Ethernet au-delà du répartiteur le plus proche

  1. Extension LAN sur fibre optique avec des convertisseurs de médias

Blog_Chart

Le câblage fibre optique offre les meilleures performances pour l’extension du réseau à longue portée. Voilà pourquoi les opérateurs de téléphone et de câblodistribution se font forts de l’utiliser. La fibre multimode a une portée de 550 mètres pour les liaisons Ethernet 10/100/1000. La fibre monomode offre des portées supérieures à 30 km pour l’extension Ethernet 10/100/1000.

La fibre offre également l’avantage d’être insensible aux interférences électromagnétiques (EMI), aux surtensions, aux parasites et aux boucles de terre. Elle convient donc mieux pour relier des bâtiments à travers un campus, une ville et en environnement industriel.

Il existe une grande variété dans le choix des convertisseurs de médias, des simples convertisseurs compacts non administrables à monter en applique ou sur rail DIN, aux convertisseurs administrables qui peuvent se monter en châssis rackables. On distingue aussi des convertisseurs pour des applications commerciales et industrielles. Une application industrielle courante consiste à utiliser un convertisseur de médias disposant de la fonctionnalité PoE pour alimenter et transmettre les signaux d’une caméra IP sur fibre.

  1. Extension LAN sur câblage cuivre existant avec des extenders Ethernet

Dans certains cas, il est possible d’utiliser l’infrastructure existante pour étendre votre réseau local. S’il existe un tronçon de câble à paires torsadées cuivre ou de câble coaxial existant, vous pouvez alors étendre votre réseau avec une paire d’extenders Ethernet. Utilisez‑en un à chaque extrémité pour convertir Ethernet en DSL (ligne d’abonné numérique) et réciproquement. Les extenders peuvent offrir un débit de plus de 50 Mbits/s sur 300 mètres, ou d’environ 10 Mbits/s sur 1 400 mètres.

Utilisation d’un câblage à paires torsadées existant

Une application courante est de faire évoluer les services d’un poste de sécurité. Il est possible que le poste de contrôle était à l’origine connecté avec uniquement un câble à paires torsadées pour connecter un téléphone analogique. En utilisant une paire d’extenders Ethernet (l’un en local, l’autre à distance), le point de contrôle peut évoluer pour bénéficier d’une connexion de réseau Ethernet, d’un téléphone VoIP et d’une caméra IP.

Utilisation d’un câblage coaxial existant

La mise en réseau de caméras de surveillance est une autre application courante. Lorsque vous remplacez d’anciens systèmes analogiques de caméras de surveillance par de nouvelles caméras sur IP, vous pouvez gagner beaucoup de temps d’installation (et sur les coûts de main-d’œuvre) en réutilisant le câblage coaxial existant avec un extender Ethernet à chaque extrémité.

  1. Extension de réseau sans fil

Extension radio à 2,4 ou 5 GHz

Les extenders Ethernet sans‑fil offrent un moyen pour prolonger un tronçon LAN/WAN au-delà de la limite des 100 mètres d’Ethernet, pour un coût très raisonnable. Ils évitent d’acheter un nouveau câble, de creuser de coûteuses tranchées pour du câble fibre optique et aussi d’attendre les autorisations de passage.

Les extenders Ethernet sans fil sont la façon la plus facile pour étendre des connexions LAN sur plusieurs kilomètres à travers des parcs de bureaux, sur des campus d’entreprises et sur des sites industriels, universitaires, médicaux et sur des sites industriels, comme des usines ou des sites de forage de pétrole ou de gaz, et même dans le contrôle du trafic.

Ethernet sans fil est fréquemment utilisé pour connecter des réseaux en vue directe éloignés de plusieurs kilomètres. Alors que l’extension sans fil est souvent utilisée dans les applications métiers de l’entreprise, c’est dans les applications industrielles qu’elle excelle, comme pour l’acquisition de données, le contrôle et la surveillance ; les commandes de chauffage, ventilation et climatisation ; la sécurité et la surveillance, pour n’en nommer que quelques-unes. Les radios d’extension peuvent également être alimentés par PoE pour simplifier l’installation.

 

Documentation complémentaire :

Livre blanc : Convertisseurs de médias : Le temps de la fibre est arrivé

Livre blanc : PoE dans les applications industrielles

Livre blanc : 5 questions à se poser sur l’extension Ethernet sans fil

Webinaire : Solutions sans fil pour les communications M2M, la sécurité et les réseaux mobiles de données

Vidéo : Extenders Ethernet sans‑fil

Paysage changeant des certifications pour la commutation KVM sécurisée

Jusqu’à récemment, le NIAP (National Information Assurance Partnership) utilisait un ensemble de critères communs d’évaluation et de validation (CCEVS) pour évaluer et homologuer la sécurité des switchs KVM. EAL2 et EAL4+ sont des tests concernant les processus de conception, de test, de vérification et d’expédition des produits de sécurité. Ce profil de protection constitue le processus normalisé au niveau international d’évaluation, de validation et de certification dans le domaine de la sécurité informatique.

Le NIAP a déterminé que les normes de sécurité EAL et CCEVS ne sont plus adéquates pour les switchs KVM qui connectés à des systèmes dont les niveaux de sécurité sont différents. En conséquence, ils ont passé le profil de protection (PP) des commutateurs de partage de périphériques en PPS 3.0. En outre, les commutateurs sécurisés de prochaine génération vont devoir être homologués TEMPEST pour les mesures de sécurité les plus strictes possibles.

Les essais TEMPEST, bien que classifiés, sont considérés comme un processus qui évalue l’isolation entre les ports nécessaire à certains commutateurs KVM. Pour une homologation TEMPEST, il est nécessaire que l’isolation fonctionne et soit qualifiée. En outre, la menace de fuites de données par divers mécanismes d’écoute électromagnétiques a été évaluée et jugée sécurisée.

La mention TEMPEST est souvent exigée par les organismes militaires. En tant que norme de sécurité, TEMPEST a trait aux contre-mesures de sécurité technique, aux normes et à l’instrumentation qui empêchent ou réduisent l’exploitation des équipements de transmission de données vulnérables à la surveillance technique ou à la mise sous écoute.

Un switch KVM de bureau, fondamentalement, est un simple dispositif matériel qui permet à un poste de travail composé d’un clavier, d’un moniteur vidéo et d’une souris de contrôler plus d’une unité centrale. Les switchs KVM de bureau sont généralement des commutateurs à 2 ou 4 ports et c’est en appuyant sur un bouton ou en utilisant des touches du clavier que les utilisateurs peuvent facilement accéder à des informations et des applications sur des systèmes complètement séparés.

Les switchs KVM sécurisés répondent à un besoin particulier de commutation de bureau pour les utilisateurs comme ceux de la police, militaires ou de sécurité, qui ont besoin d’accéder aux informations stockées sur des systèmes physiquement séparés et à différents niveaux de classification. Un switch KVM sécurisé est un commutateur de bureau à 2 ou 4 ports qui assure le contrôle et la séparation des PC connectés à des réseaux de différentes classifications de sécurité. Les commutateurs homologués TEMPEST offrent les fonctionnalités suivantes :

  • L’isolation électrique renforcée entre les ports facilite la séparation des données (ROUGE/NOIR). Une isolation diaphonique de 60 à 80 dB entre canaux protège de la captation par snooping ; il n’est donc pas possible d’utiliser des outils logiciels ni des applications pour accéder à l’un quelconque des ordinateurs connectés depuis l’un quelconque des autres.
  • Les commutateurs sont câblés de façon permanente de manière à empêcher l’accès d’une unité centrale à l’autre ou d‘un réseau à l’autre.
  • Des scellés spécifiques peuvent témoigner des tentatives éventuelles de forçage.
  • Les utilisateurs peuvent sélectionner en toute sécurité la connexion entre un maximum de quatre ordinateurs exploités à différents niveaux de confidentialité.
  • Le flux des données de l’ensemble clavier/souris est unidirectionnel, ce qui signifie que l’ordinateur ne peut pas laisser fuir des données sur les circuits de signaux clavier/souris.
  • Le contrôleur hôte USB efface l’intégralité de la mémoire RAM à chaque commutation de canal. Cela évite tout risque que des données résiduelles d’un canal puissent être transférées à un autre ordinateur.
  • Seuls des périphériques clavier et souris peuvent être recensés sur les ports clavier et souris. Tout autre périphérique USB connecté est bloqué, ce qui empêche tout téléchargement non autorisé de données dans un sens ou dans l’autre.

Les Switchs KVM de bureau sécurisés avec USB de Black Box surpassent les profils de sécurité de la plupart des autres commutateurs KVM parce qu’ils ont reçu des homologations et certifications selon la norme d’essais TEMPEST.

Ressources complémentaires

Livre blanc : Matrices de commutation vidéo HD et périphériques

8 avantages à préférer la fibre au câblage cuivre

Le câble fibre optique est l’un des supports de transmission les plus répandus, aussi bien pour les nouvelles installations de câblage que pour les extensions, notamment dans les applications de dorsale, de distribution horizontale et même de bureau. La fibre optique possède un certain nombre d’avantages par rapport au cuivre.

  1. Plus large bande passante

La fibre offre une bande passante plus étendue que le cuivre et ses performances sont normalisées au moins jusqu’à 10 Gbits/s. Plus de bande passante signifie que la fibre peut transporter davantage d’informations avec une plus grande fidélité que le fil de cuivre. Il faut garder à l’esprit que la vitesse de la fibre dépend du type de câble utilisé. La fibre monomode offre la plus large bande passante; sans exigences particulières.

Le câble 50 µm OM3 optimisé laser a une largeur de bande modale effective (EMB) de 2 000 MHz/km. Les câbles 50 µm OM4 optimisés laser ont une EMB de 4 700 MHz/km.

  1. Vitesse et distance

Comme le signal transporté sur la fibre optique est de la lumière, la perte en cours de transmission est très faible ; les données peuvent parcourir de plus grandes distances à des vitesses plus élevées. La fibre ne connaît pas la limite de 100 mètres propre aux câbles à paires torsadées (en l’absence de répéteur). Les distances sur fibre dépendent du type de fibre, de la longueur d’onde et du réseau. Ces distances peuvent varier entre 550 mètres en multimode à 10 Gbits/s, et 40 kilomètres sur fibre monomode.

  1. Sécurité

Vos données sont plus à l’abri avec un câblage fibre optique. La fibre ne rayonne pas et il est extrêmement difficile de s’y brancher en dérivation. En effet, tout branchement intrusif est facile à diagnostiquer car cela provoque une fuite de lumière hors du câble, ce qui conduire à la défaillance de tout le système. Si quelqu’un tente de violer la sécurité physique de votre système fibre optique, vous le saurez forcément.

Les réseaux fibre optique vous permettent également d’installer l’ensemble de votre électronique et de votre matériel à un emplacement central, plutôt que de disposer des sous-répartiteurs avec du matériel actif à travers tout le bâtiment.

  1. Immunité et fiabilité

La fibre optique offre une transmission extrêmement fiable des données. Elle est totalement insensible à de nombreux facteurs environnementaux qui ont un impact sur le câble cuivre. Elle est composée de verre, qui est isolant, donc aucun courant électrique ne peut la traverser. Elle est insensible aux interférences électromagnétiques et radioélectriques (EMI/RFI), à la diaphonie et aux problèmes d’impédance, entre autres. Vous pouvez sans problème tirer du câble fibre optique à proximité d’équipements industriels. Par rapport au cuivre, la fibre optique est également moins vulnérable aux écarts de température et peut être immergée dans l’eau.

  1. Conception

La fibre est très légère, mince et plus durable que le câblage en cuivre. Pour obtenir des vitesses plus élevées en utilisant un câble de cuivre, vous devez utiliser des câbles de catégorie supérieure qui ont généralement un diamètre plus grand, pèsent plus lourd et occupent davantage de place dans les chemins de câbles. Avec du câble fibre, il y a très peu de différence de diamètre ou de poids. De plus, le câble fibre optique présente des capacités de tirage jusqu’à 10 fois supérieures à celles du câble cuivre, selon le type particulier de câble. Sa petite taille le facilite les manipulations et il occupe beaucoup moins de place dans les conduites de câbles. Et la fibre est plus facile à tester que le câble cuivre.

  1. Migration

La prolifération des convertisseurs de média et la diminution de leur coût facilitent grandement la migration du cuivre vers la fibre. De tels convertisseurs fonctionnent de façon transparente et permettent de continuer à utiliser le matériel existant. Il est possible d’intégrer de la fibre optique dans des réseau au cours de mises à niveau planifiées. En outre, avec l’avènement des cassettes, des câbles et du matériel MPO multifibre à 12 et 24 brins, l’avenir des réseaux 40 GbE et 100 GbE semble plus ouvert.

  1. Terminaison sur site

Bien que la fibre demeure plus difficile à terminer que le cuivre, les progrès de la technologie ont rendu plus faciles la terminaison et l’utilisation de la fibre sur site. Les soudeuses optiques rapides à auto-alignement raccourcissent le temps nécessaire pour l’épissage sur site. Des guides d’alignement automatique assurent la précision. En outre, l’emploi d’amorces (pig-tails) de câbles les connexions de terrain encore plus rapides et plus faciles.

  1. Coût

Les coûts propres au câblage, aux composants et aux matériels fibre optique sont en baisse constante. Globalement, la fibre optique est plus chère que le cuivre à court terme, mais elle peut s’avérer moins onéreuse à long terme. De façon générale, la fibre optique est moins coûteuse à maintenir, améliore la disponibilité et nécessite moins d’équipements réseau. En outre, les progrès technologiques de la terminaison sur le terrain a également permis de réduire le coût de l’installation de la fibre.

Voici quelques ressources si vous êtes intéressé à en savoir plus sur la fibre:

Livre blanc : technologie fibre optique

Vidéo : Solution fibre rackable avec connecteurs MTP